VGuimet Fils SA

Entreprise spécilaisée de vidange

Maison V. Guimet fils, S.A., 1873 -1998:
125 ans d'histoire pour une entreprise familiale genevoise

La Création d'une Entreprise

En 1873, qu'Etienne Guimet décide d'ouvrir sa propre entreprise, spécialisée dans les travaux en ciment. La maison Etienne Guimet s'installe tout d'abord au numéro 9 de la rue Berger, puis en 1881, pour répondre a une diversification de ses activités, plus particulièrement dans le domaine de l'asphaltage, elle transfère ses locaux au numéro 11 de la rue Bautte.

Le développement rapide de l'entreprise dans le domaine des applications en ciment et de l'asphaltage n'est pas un hasard. Au contraire, il correspond à une nouvelle conception du milieu urbain, caractérisée notamment par l'extension rapide des faubourgs. De 1850 à 1888, les emplacements des anciennes fortifications, détruites quelques temps auparavant, permettent l'apparition de nouvelles constructions et l'émergence de nouveaux quartiers. Durant la seconde partie du XIXème siècle, Genève connaît donc un développement urbain considérable; de grands travaux, comme l'aménagement des quais, sont exécutés et le nombre des édifices publics augmente très nettement. C'est dans ce contexte tout à fait particulier et très favorable au secteur de la construction que l'entreprise, fondée par Etienne Guimet, prend son envol.

L'hygiene: une nouvelle priorité

En 1891, la commandite est modifiée une première fois pour atteindre un montant de 10 000 francs suisses. Des lors, l'entreprise s'agrandit et ouvre, en plus de ses ateliers situés au numéro 8 de la Place de la Navigation, des bureaux à la rue des Pâquis. Une année plus tard, en 1892, E. Guimet et Cie se lance dans le domaine de la vidange sanitaire et hydraulique, sans pour autant abandonner ses travaux d'application de ciment.

Ce nouveau secteur d'activité répond à une préoccupation très en vogue à la fin du XlXème siècle, l'hygiène publique, concept qui fait son apparition en Suisse comme en France ou en Angleterre; l'eau devient l'élément essentiel de tout programme d'assainissement des rues et des villes. Même si Genève possède un réseau d'égouts souterrains qui date du XVIIIème siècle, son état de vétusté impose un entretien permanent des canalisations. De plus, Genève adopte le système du tout-à-l'égout dès l'année 1882, et la encore, l'évacuation des immondices implique le nettoyage régulier des conduits et des fosses, afin d'éviter un engorgement indésirable. Le drainage s'effectue grâce l'eau du lac, qui assure l'écoulement et l'évacuation des déchets. Entre 1885 et 1900, on assiste à l'extension du réseau d'égouts, ce qui fait de Genève une ville à la pointe du progrès en matière d'hygiène.

Technique et science:
un plus pour l'entreprise

La modification spectaculaire du tissu urbain genevois ne saurait faire oublier les progrès techniques et les innovations du début du XXème siècle, visibles dans de nombreux domaines. Si, des ses débuts, la société V. Guimet fils dispose de véhicules tires par des chevaux, durant les premières décennies du XXème siècle, elle les remplace par des véhicules à moteur, plus rapides et plus pratiques. Signes des temps modernes, ces nouveaux moyens de locomotion sont aussi synonymes de réussite et d'adaptation pour les entreprises qui peuvent investir dans ce matériel encore très coûteux. L'apparition de l'automobile révolutionne donc progressivement le domaine des transports et facilite le déplacement de matériel encombrant. Encore rares en 1895, le nombre des véhicules atteint le chiffre de 1'330 en 1913 et de 2'673 en 1921.

Par ailleurs, avec la fin du XXIème siècle, les nouvelles découvertes scientifiques font état des risques de contagion, grâce notamment aux recherches du célèbre savant français Louis Pasteur ou encore du médecin allemand, Robert Koch. Ces découvertes bactériologiques plaident en faveur d'une amélioration de l'hygiène publique et domestique que V. Guimet fils s'empresse de concrétiser. En effet, dès les années 1908, la maison devient le concessionnaire pour la Suisse d'un nouveau désinfectant: le "Nothing"; si l'on en croit la publicité, ce dernier permet d'aseptiser, sans difficultés, cabinets d'aisance, urinoirs, égouts et même écuries sans laisser d'odeurs suspectes et sans en dégager.

Grâce à l'utilisation et à la vente du produit "miracle", l'entreprise ne se contente pas d'effectuer de simples travaux de vidange sanitaire, elle va plus loin. D'un côté, elle fidélise sa clientèle régulière en lui offrant un plus: la caution scientifique, et de l'autre, elle s'impose sur un nouveau marche, celui de la vente de produits spécialisés auprès du public. La stratégie commerciale de V. Guimet fils atteste d'un souci continu d'expansion qui se confirme par la recherche de nouveaux débouchés commerciaux.

L'entreprise familiale se constitue en S.A.

En 1911, la maison V.Guimet fils s'installe définitivement au numéro 12 de la rue des Buis, dans le quartier des Pâquis. Victor Guimet y administre la société jusqu'en 1931, année de son décès. A cette date, et plus précisément le 3 juillet, l'entreprise se constitue en société anonyme et change une dernière fois de raison sociale; elle devient la Maison V. Guimet & fils, S. A., nom qu'elle porte encore actuellement. Quant au montant de la commandite, il passe de 10'000 a 50'000 francs suisses, reparti en cinquante actions nominatives d'une valeur de 1'000 francs chacune. Henri Roch, alors âgé de 43 ans, occupe le poste d'administrateur aux côtés du président, Henri- Auguste Thévenaz. A la tête de cette nouvelle société, les deux hommes se partagent les tâches de gestion administrative. Par ailleurs, les sociétaires s'engagent a poursuivre l'exploitation de l'entreprise de travaux sanitaires et de vidange hydraulique, sous la raison personnelle de son ancien administrateur, Victor Guimet, A savoir "V. Guimet fils'.

Le 19 mars 1942, soit 1 ans plus tard, Henri Auguste Thévenaz quitte son poste de président. Dès lors, Henri Roch se retrouve seul aux commandes de l'entreprise; il en profite pour soumettre au Conseil de nouveaux statuts et proposer la signature individuelle des administrateurs, propositions qui seront toutes deux acceptées. Après une carrière bien remplie, Henri Roch quitte la société à l'âge de 58 ans; son fils, Albert Roch reprend les rennes le 28 mars 1946, à tout juste 25 ans. Administrateur de la Maison V. Guimet fils, S.A. jusqu'en 1992, date de son décès, il associe très tôt ses fils aux affaires de l'entreprise. En 1974 déjà, l'aîné, Henri, devient directeur aux côtés de son père; en 1983, c'est au tour de Yves, puis en 1987, Claude prend le relais. L'année 1992 est marquée par le décès d'Albert Roch; ses trois fils, Henri, Yves et Claude reprennent l'entreprise familiale et, à ce jour, ils occupent chacun la place d'administrateur et de directeur, la présidence étant assurée par leur mère, Marie-Henriette Roch.

Conclusion

Quels que soient les défis qui attendent la Maison V. Guimet fils, S.A., son savoir-faire, sa réputation et son sérieux restent et resteront, à n'en pas douter, un gage de réussite précieux pour l'avenir, comme nous l'ont démontré ses 125 ans d'histoire.